ACCUEIL >>Ne donnez pas au Téléthon !
Sur le Web
Ne donnez pas au Téléthon !
Ou comment garder son libre-arbitre devant l’avalanche de bons sentiments ?

mardi 7 décembre 2010 , par Christian Portal

Voir en ligne : Plume de presse, le site d’Olivier Bonnet

Depuis de nombreuses années, je suis agacé par la grand-messe du Téléthon. Chaque année, on nous fait subir le sirop des bons sentiments et je sens que tout cela est factice et certainement pervers à bien des égards.

Alors, chaque fois que je m’en ouvre à mes amis, si quelques-uns comprennent mon agacement, ils partagent rarement mon indignation de fond.

Les arguments d’opposition sont rarement scientifiques, en particulier au début de la discussion. Le plus souvent, mes détracteurs mettent en avant l’esprit de fête, les évènements conviviaux, la mobilisation, la fraternité et enfin le soutien aux personnes qui souffrent.

Tout cela est bel et bon mais fonctionne comme toutes les journées de célébration ou de revendication avec pêle-mêle, la journée de la femme, de la lèpre, du SIDA, de l’enfance, la gay pride, etc. Que les lecteurs malicieux ne recherchent aucun lien dans cette énumération.

Nous verrons qu’il y a de nombreuses raisons objectives d’être opposé à cette action mais, peut-être, le plus agaçant est le consensus autour de cet évènement. Les « pepole » et les journalistes, eux aussi médiatiques, deviennent les acteurs de cette messe où chaque année, il s’agit de battre un nouveau record. Il est particulièrement obscène de s’activer autour de ce désir de battre un record de dons comme s’il s’agissait d’un record sportif. Dans l’anonymat de chaque don, chacun se sent investi d’un record collectif qui ne profite réellement, pour un soir, qu’à la petite gloire éphémère de quelques uns et surtout aux profits colossaux générés.

A ce moment, on touche au cœur de la question.

Au début, et c’est toujours au centre des préoccupations, il s’agissait de soutenir les familles en détresse sociale et psychologique, mais aussi, matérielle. Car on le sait, une des plus grosses difficultés, pour les familles touchées est d’ordre économique : les soins, les appareillages, les équipements domestiques, les transformations de véhicule et surtout la perte de revenus occasionnés par l’abandon de son travail de l’un des parents qui doit se consacrer à cet enfant. A ce niveau, je ne rentrerai pas dans le détail de tous ces drames.

Pourtant, devant l’importance des dons, il semble que certains ont perdu la tête (ou pas), et se sont orientés vers une autre démarche. Dès qu’il y a de l’argent, il y a du pouvoir. Pouvoir d’agir, ce qui est plutôt bien, mais aussi, pouvoir de décider et d’orienter des choix, de recherche par exemple.

Or, qu’observons-nous depuis un quart de siècle de Téléthon ?

Avec la manne d’argent qui est arrivée d’un coup, on s’est orienté brutalement sur une démarche scientifique univoque. Il faut dire que cette abondance de moyens a permit des avancées considérables dans le domaine de la compréhension génétique. Car, puisque les maladies étaient génétiques, il fallait comprendre le génome et surtout envisager de le réparer. Nous sommes dans le réductionnisme scientifique moderne qui associe chacune des maladies à une cause simple. Même si le génome est très difficile d’accès, la démarche reste simpliste : une maladie, un gène.

Le problème est qu’au milieu de cet énorme matériel génétique, les gènes ne représentent qu’une petite partie. On semble ignorer l’importance de ces parties non exprimées de l’ADN qui pourraient bien représenter des phénomènes de contexte. L’expression des gènes pourraient bien être en rapport avec tous ces éléments apparemment sans signification. On ne peut pas dire que ce qu’on ne comprend pas ne sert à rien.

Évidemment, je ne suis pas un généticien et je ne fais qu’exprimer ici les réserves faites par d’autres plus pertinents que moi dans ce domaine.

En tant que promoteur d’une médecine écologique, je peux difficilement souscrire à la démarche de la réparation génétique pourtant, s’il y avait des résultats, je serais obligé de m’incliner, encore qu’il faudrait sans doute attendre très longtemps pour observer les effets sur la durée de la vie des personnes soignées mais aussi ceux sur la lignée des personnes ainsi « sauvées ».

Cette problématique est d’autant plus cruciale que notre société médiatique ne sait fonctionner qu’à coup d’annonces. Ainsi, on a sauvé des enfants grâce aux thérapies géniques ! Voici l’annonce qui parait dans les journaux sans la moindre réserve ni sans observer la moindre attente quant au résultat à long terme. Ces enfants sont tous devenus leucémiques en quelques mois, mais qui en a parlé ? Certainement pas ceux qui avaient annoncé la victoire et surtout pas avec les mêmes coups de clairon !

Je sentais en outre que tout cet argent placé sur une même démarche scientifique était malsaine. Récemment, le professeur Jacques Testart a pris position sur son blog et je vous invite à consulter son article. Il avait également donné un entretien au journal medecines-douces.com qui a donné la matière à un article très intéressant d’un journaliste indépendant, Olivier Bonnet, dont le lien est affiché en début d’article.

Si vous cherchez d’autres éléments pour fonder votre conviction, voici deux articles intéressants pour leurs aspects économiques ou humains :

Enfin, pour mieux comprendre la thérapie génique et ses limites, voici également un très bon article.

On y voit en particulier tout que ce travail scientifique a de séduisant mais aussi d’inquiétant quant aux méthodes dont l’aspect « bricolage » montre l’absence de compréhension globale.

Il reste un problème majeur que je ne traiterai pas ici qui est celui de la vie de ces enfants. Chacun est touché par le drame que représente la maladie d’un enfant. Pourtant, on ne peut traiter cette question sous le seul angle émotionnel. C’est une question qui appartient d’abord à des philosophes-scientifiques ou sans doute à des personnages qui font cruellement défaut dans notre société matérialiste : les chamans.

Toutes les sociétés traditionnelles ont trouvé des réponses sur le sens de la vie qui permettent d’accepter des vies plus courtes et même éphémères. Ces vies sont-elles moins riches pour autant ? Bien sûr la question reste en suspens et ceci d’autant plus dans notre monde qui croit que les savoirs vont nous permettre de résoudre toutes les questions et que tout vaut le coup d’être fait sans s’occuper des conséquences à court ou à long terme. Toutes nos interventions sur le vivant sont porteuses de conséquences pour lesquelles nous devrions nous montrer très prudents. Or l’appât du gain et la soif de gloire nous entraine toujours plus loin dans des délires technologiques. Je ne suis pas certain que notre espèce ait beaucoup à y gagner.

Boutons pour partager l'information

Répondre à cet article

2 Messages

  • Ne donnez pas au Téléthon !

    17 décembre 2008 10:24, par k.drou

    Merci Christian pour ces salutaires interrogations.

    Le Téléthon est en train de devenir une religion et personne n’ose poser les questions qui dérangent. Comme pour toutes ces ligues qui récoltent de l’argent, comme par exemple pour la recherche contre le cancer, on joue sur le jeu de la découverte imminente, dans les trois ou cinq ans à venir, qui permettra de découvrir « le médicament » qui va solutionner la maladie. Pour le cancer on attend toujours... Dans toute action il faut procéder avant tout à une évaluation rigoureuse. La recherche engagée est-elle pertinente au vu des résultats obtenus ? Les familles sont-elles satisfaites de l’accompagnement et des solutions proposées ?
    Faut-il vraiment chercher un « gène coupable » ou faut-il s’interroger sur des dérèglements possibles engendrés par les effets des pollutions chimiques et/ou médicales auxquelles nous sommes confrontés en permanence : eau, air et alimentation pollués par les pesticides ; eau polluée par l’agriculture et les rejets de l’activité médicale, à savoir antibiotiques, hormones, etc. et tous les résidus des médicaments que nous consommons à outrance..... Effets non maitrisés de la sur-vaccination. Rejets des activités industrielles. Pollution intérieure de nos maisons....
    Comment imaginer que nous puissions échapper à ces expositions sans dommages ?
    Il est urgent de développer une politique volontariste d’assainissement de notre environnement, solution qui profiterait à tous quels que soient les problèmes de santé de chacun d’entre nous

    Catherine Drouault

    repondre message

  • Ne donnez pas au Téléthon !

    24 mars 2009 11:58, par jean-pierre claeys

    Merci Christian, par ces articles, tes prises de position nous ouvrons nos yeux, nos oreilles et nous essayons de ne pas être mouton. Cordialement

    repondre message


Mots-clés de l'article
En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Les impasses d’une médecine chimique
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Holodent, le site d’Estelle Vereeck
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Le comité directeur
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Si ! Ça se peut », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  

Dernière mise à jour : jeudi 30 janvier 2014






Rejoignez le réseau ACECOMED
retour au sommaire