ACCUEIL >>Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
Sur le Web
Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
Communiqué de presse de Nature & Progrès

lundi 16 mars 2009 , par Christian Portal

Voir en ligne : Nature & Progrès

Alès, le 12 mars 2009

Au regard des réactions suscitées par le reportage d’Envoyé Spécial : Cosmétique bio, le bonheur est-il dans le pot ?, diffusé jeudi 5 mars sur France 2, Nature & Progrès se doit de réagir à son tour.

Quatre ans après avoir mis en lumière les soupçons pesant sur les parabens, il était utile qu’Envoyé Spécial fasse un point sur la cosmétique biologique. Néanmoins, le téléspectateur peut-il à présent y voir plus clair ? A t-il trouvé, comme il était en droit de l’attendre, des réponses à ses questions ? Difficile, surtout au vu des inexactitudes et des exemples hors de propos qui émaillent le reportage.

Si la volonté était de regarder à la loupe les idées reçues et d’être objectif, il aurait fallu tenir le discours loin de tout cliché, ce qui n’a pas été fait.

Quel dommage d’avoir sombré dans la facilité !

Mettre en avant de façon spectaculaire, photos « choc » à l’appui, des réactions d’allergie aux huiles essentielles sans plus de précisions sur les dosages et les produits incriminés ne peut que prêter à confusion. Dommage.

Chercher le scoop, en « dénonçant » le phenoxyéthanol employé jusqu’en décembre dernier par une marque affichée bio, sans préciser au téléspectateur qu’en cosmétique non-bio, il est encore largement employé. Facile.

Dommage aussi de permettre l’amalgame entre de « nouveaux bio » surfant sur la vague du naturel pour des raisons évidentes de marketing, et les professionnels qui travaillent avec conviction. Le packaging fleuri et les appellations tendancieuses des premiers ne tiennent pas face à l’éthique des seconds. Eux qui cultivent et/ou transforment leurs matières premières dans le respect de bonnes pratiques, sans substance chimique de synthèse, afin d’offrir une vraie garantie aux usagers, espèrent que le reportage d’Envoyé Spécial n’a pas, contre toute attente, jeté le consommateur dans une confusion encore plus grande. Car pour préserver sa santé, ce consommateur se doit presque aujourd’hui d’être diplômé en chimie. Or il faut qu’il puisse se fier à des repères : les labels et les mentions. Il en existe d’autres que les deux cités en plateau (en présentant, dernière erreur, l’organisme de certification Ecocert comme un label, ce qu’il n’est pas). Dommage, enfin, d’avoir ignoré les alternatives associatives comme Nature & Progrès ou Déméter. Si elles ne sont pas des normes officielles, ces indépendantes ont le mérite d’avoir des exigences et une transparence sans pareille et d’avoir ainsi pris une véritable place dans le domaine de la cosmétique bio. Nature & Progrès, première à avoir défini la cosmétique bio contrôlée dans son cahier des charges dès 1998, regrette à ce titre de n’avoir pas été contactée.

Il y avait trop à dire pour tomber dans la facilité et le sensationnel. L’enjeu de santé est important. Trop important pour être délaissé, ou timidement évoqué en fin de reportage, lorsque la confusion est déjà là.

Rappelons que le vivant, tout le vivant, est sensible aux réactions chimiques. Le corps humain ne fait pas exception.

Que mettons-nous sur notre peau, dans notre assiette et dans notre eau ? Que respirons-nous dans nos maisons, dans nos villes et près de nos champs ? Et surtout, quel impact ont ces « cocktails » que nous ne maîtrisons pas, sur notre environnement, et donc sur notre santé ?
Le véritable enjeu est bien là. En 50 ans, ce sont près de 100 000 nouvelles substances chimiques de synthèse qui ont envahi nos produits de grande consommation, et nous n’avons pas de réelles évaluations de leur nocivité. L’avancée permise par le bio dans la cosmétique est de s’interdire les bases pétrochimiques utilisées par l’industrie cosmétique classique.
Faisons en sorte d’avoir une meilleure gestion des substances chimiques non naturelles en limitant leur emploi. C’est tout simple : cela s’appelle le principe de précaution. Pour notre santé, et celle la Terre.

Pour en savoir plus :

  • L’éthique bio pervertie par l’industrie de la cosmétique, E. Jaccaud, Revue Nature & Progrès N°71 fév/mars 2009*. Un tableau comparatif des exigences des différents labels.
  • La Revue Durable N° 32, une présentation des labels et mentions, et une liste des produits toxiques.

Contacts : Elodie Bralia 04 66 91 00 16 ou Emmanuel Jaccaud 06 86 97 71 32

N&P rappelle que ses cahiers des charges sont à ce jour d’une exigence sans pareille. Dans sa démarche de transparence, elle invite consommatrices et consommateurs à consulter sa charte et ses cahiers des charges en ligne : wwwnatureetprogres.org

* N°71 de la revue nature & Progrès disponible sur commande auprès de Nature & Progrès, 16 avenue Carnot, 30100 Alès, 04 66 91 21 94

Elodie Bralia

Chargée de communication & rédaction

Nature & Progrès

16 avenue Carnot

30100 ALES

Boutons pour partager l'information

Répondre à cet article


Mots-clés de l'article
En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Les impasses d’une médecine chimique
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Holodent, le site d’Estelle Vereeck
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Le comité directeur
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Ne donnez pas au Téléthon !
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Si ! Ça se peut », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...
 Nouvelles stratégies de l’OMS pour les médecines traditionnelles 2014-2023
 Parution de la réédition de « Pour une médecine écologique »
 Bande annonce du livre
 Prochain évènements Automne 2016

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  







Rejoignez le réseau ACECOMED
retour au sommaire