ACCUEIL >>La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
Sur le Web
La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte

mercredi 9 septembre 2009 , par Christian Portal


Le 9 septembre 2009, nous avons entendu au journal de 13 h de France2 Jean-Daniel Flaysakier nous expliquer pourquoi nous devions tous nous faire vacciner contre la grippe A. Disons de suite que lorsqu’arrivera l’épidémie de grippe saisonnière, il y a tout à parier que le même journaliste recommandera cette autre vaccination.

Avant l’intervention du spécialiste médical de France2, Élise Lucet a commencé par rappeler que la vaccination de masse de 1976 aux États-Unis contre la grippe porcine qui a du être arrêtée en raison d’un grand nombre de syndromes de Guillain-Barré. Le risque actuellement évoqué est de 1 cas pas million. Dans ce type d’accidents, ce sont les adjuvants du vaccin qui sont le plus souvent invoqués.

Il y a actuellement un fait nouveau. A l’occasion de cette nouvelle vaccination, il apparaît, dans les médias conventionnels, cette question des adjuvants des vaccins qui sont restés très discrets jusqu’à lors. On apprend en effet deux choses :

  • Les vaccins contiennent un nombre important d’adjuvants chimiques et fortement toxiques. Ce sont principalement de l’aluminium, du mercure, du formaldéhyde, des phénols, des antibiotiques et bien sûr, le matériel biologique en rapport avec l’agent contaminant et le support de culture [1].
  • Parmi ces adjuvants les plus toxiques, on trouve des conservateurs mais aussi des stimulants de l’immunité sans lesquels les vaccins sont sans effet. On pensait que les vaccins fonctionnait grâce au matériel biologique atténué qui créait une réaction du corps or, sans poison pour stimuler l’immunité, le vaccin ne fonctionne pas. Cela n’empêche pas de vouloir proposer des vaccins allégés en adjuvants pour les femmes enceintes ! La question est : pourquoi faire, puisqu’à ce moment là ils perdent l’essentiel de leur efficacité ?

Les arguments essentiels reposent sur ce couple infernal culpabilité-peur.

Le premier consiste à montrer que l’absence de vaccination fait courir le plus grand risque aux personnes fragiles, bébés, femmes enceintes, cancéreux, asthmatiques, bronchiteux chroniques, etc. Dans ce contexte, il devient égoïste et moralement indéfendable de condamner à une mort quasi certaine toutes ces personnes fragiles contaminées par notre faute.

Face à la peur de la vaccination qui semble importante dans la population [2], les médias et en particulier jean-Daniel Flaysakier allument des contre-feux. Il s’agit de créer une peur beaucoup plus importante et sans commune mesure avec le précédent risque évoqué.

Outre le fait qu’un risque de 1 pour 1 million, soit sans doute très sous-évalué [3], ce journaliste-médecin se permet d’avancer un chiffre qui ne peut que faire froid dans le dos : la grippe A ferait de 500 à 1500 morts par million d’habitants, ce qui constitue un risque mille fois supérieur.

Quand on prend en compte ces chiffres sans les analyser plus que çà, il ne fait aucun doute qu’il faut réellement avoir peur de cette grippe et en tout cas, bien plus que de l’hypothétique accident vaccinal qui guette ceux d’entre nous qui auraient moins de chance que les autres. Tout cela serait bien justifié si on ne prenait pas la précaution de se livrer à un simple calcul.

Pour la population française, cette grippe fera de 30 000 à 90 000 morts !

On constate de suite que ce chiffre est sans commune mesure avec les annonces, même les plus catastrophiques, ni avec ceux de la grippe saisonnière dont la mortalité française tourne tout de même entre 4 000 et 6 000. Les chiffres annoncés par Jean-Daniel Flaysakier sont 15 fois supérieurs. Comment et surtout pourquoi annoncer, sans la moindre preuve, des chiffres pareils ?

Il faut absolument faire peur et, pour cela, ne pas hésiter à mentir !

Rappelons que depuis que cette grippe a commencé, les autorités médicales, tout au moins les plus raisonnables, montrent que :

  • soit une grippe est peu contaminante et, dans ce cas, elle est souvent dangereuse. C’est le cas de la grippe aviaire.
  • soit elle est très contaminante et, dans ce cas, elle est peu dangereuse. C’est le cas, pour l’instant, de la grippe A. Bien sûr, la situation peut toujours évoluer vers plus de mortalité mais ce n’est pour l’instant pas le cas.

Dans une société pseudo-démocratique, la peur et la culpabilité sont les deux moyens qui permettent de manipuler les masses, alors que seule l’éducation est le garant d’une vraie société démocratique. Le problème est qu’alors, les décisions des individus ne se font souvent pas dans l’intérêt des grands groupes économiques.

Boutons pour partager l'information

[2actuellement plus de 60% des infirmières refuseraient de se faire vacciner

[3On a déjà constaté le fait pour toutes les vaccinations : la France est le pays qui donne les chiffres les plus bas, en contradiction avec les autres pays industrialisés, peut-être plus démocratiques à l’égard des données médicales.

Répondre à cet article


Mots-clés de l'article
En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Les impasses d’une médecine chimique
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Holodent, le site d’Estelle Vereeck
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Le comité directeur
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Ne donnez pas au Téléthon !
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Abus », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...
 Nouvelles stratégies de l’OMS pour les médecines traditionnelles 2014-2023
 Parution de la réédition de « Pour une médecine écologique »
 Bande annonce du livre
 Prochain évènements Automne 2016

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  







Rejoignez le réseau ACECOMED
retour au sommaire