ACCUEIL >>Les impasses d’une médecine chimique
Sur le Web
Les impasses d’une médecine chimique

samedi 15 juillet 2006 , par Christian Portal


L’allopathie est elle incompatible avec une démarche écologique ? La question a déjà été évoquée dans un article, mais ici nous proposerons une réponse plus nuancée en séparant la médecine allopathique de l’accompagnement pharmaceutique chimique de la deuxième moitié du 20e siècle.

Le problème n’est pas l’allopathie, mais la confusion entre un principe médical honorable et la dérive chimique de celui-ci. Par exemple, la médecine chinoise traditionnelle est une médecine allopathique. Elle définit des états pathologiques et produit des traitements qui s’opposent à la maladie. Il en est de même pour la phytothérapie occidentale, qui recouvre une bonne part de ce qu’était la médecine occidentale avant que la chimie n’isole des principes actifs qui viennent remplacer les plantes, mais aussi les produits minéraux.

Les produits minéraux et les plantes sont des produits chimiques, mais ils sont complexes, et même infiniment. Or vouloir remplacer une plante par ce qu’on considère comme son principe actif et le synthétiser conduit certes à des produits quelquefois efficaces ou très efficaces, mais souvent non dénués d’effets délétères. Par exemple, l’artichaut est efficace sur le foie, mais en isolant tous ses principes actifs, on n’a pas pu en trouver un qui justifie l’action de la plante entière. Il en est de même pour de nombreuses plantes. De plus, les plantes et autres substances, animales ou minérales, sont utilisées en combinaisons complexes, ce qui n’a rien à voir avec une substance chimique à molécule unique.

Le plus important de cette démarche, c’est qu’elle a fondamentalement modifié la vision médicale occidentale. Là où il y a des substances complexes et subtilement agencées, on les remplace par des molécules uniques, et de même, où il y a des phénomènes complexes, on cherche à les réduire à des protocoles simples, même si personne ne doute de la complexité globale. Cela conduit le médecin occidental moderne à une vision automatisée des maladies. Un vecteur infectieux, une infection. Un gène défectueux, une maladie génétique. Et finalement on recherche toujours des causes simples et uniques, avec une tendance à nier les causes multiples, et en particulier, celles sur lesquelles on ne peut agir. Par exemple, les aspects émotionnels comme cause déclenchante d’un cancer, d’une infection, ou d’un désordre hormonal. On a vu des individus déclarés séropositifs qui ont déclenché un SIDA, alors que le diagnostic était faux (erreur de personne au laboratoire). On signale aussi le cas de cette personne morte de froid dans camion frigorifique ... débranché.

La pensée médicale actuelle, avec l’automaticité et l’unicité des causes, conduit à des traitements systématisés, vaccinations génaralisées, antibiothérapies systématiques pour quelques cas de méningites. Pourtant, la situation la plus intéressante, du point de vue de la recherche, ne porte pas sur les malades, mais sur ceux qui ne le sont pas. Ce sont bien ceux qui ne sont pas malades lors d’une épidémie de grippe qui sont intéressants, car ils montrent la voie d’une opportunité de santé publique. De même, malgré une exposition commune aux particules d’amiante, tous les sujets ne tombent pas malades en même temps. C’est sur cette résistance qu’il convient de porter les efforts de recherche, car c’est elle, qui là aussi, permet d’envisager des solutions pertinentes.

Ailleurs, en physique, on s’oriente de plus en plus sur des compréhensions interdépendantes. La théorie du chaos ou la mécanique quantique en sont des exemples. On retrouve cette opposition dans les théories psychologiques des apprentissages : les conceptions cognitivistes, plutôt réductives et accumulatives, et les conceptions écologistes qui conçoivent les apprentissages comme des processus d’autoadaptation. La construction d’une termitière représente cette progression autoadaptative de nature écologiste. Malgré cela, la médecine occidentale s’enfonce dans des démarches toujours plus découpées, séparées et spécialisées.

Cette pensée conduit à des raisonnements tordus ; le dernier en date est représenté par la découverte d’un agent infectieux de l’obésité. C’est tellement plus simple que de manger mieux ou de réduire sa ration alimentaire. De même, on a toujours constaté que l’ulcère de l’estomac survenait chez les personnes tendues et frustrées, ce qu’en médecine chinoise on interprète comme une perturbation du foie (organe lié à la colère, exprimée ou non) qui vient agir sur l’estomac. Rien de tout cela, tout est plus simple, une bactérie, helicobacter pilorii. Sauf qu’on trouve cette bactérie dans des tas d’estomacs sans ulcère, et même de façon courante au sein de certaines populations. Lire la polémique sur l’ulcère à l’estomac.

On connait naturellement les limites de grandeurs : l’infiniment petit, l’infiniment grand. Il existe une autre sorte de limite : l’infiniment complexe. Face à ce défi, il existe deux attitudes :

  • l’occidentale qui pense explorer toutes les possibilités en oubliant que les phénomènes sont comme les fractales, et que derrière chaque situation il existe une nouvelle complexité. La cruauté de cette attitude, c’est que chaque nouvelle découverte vient contredire la précédente, et devrait conduire à une défiance systématique, car l’attente sans cesse repoussée devrait conduire à toujours trouver mieux tout en étant toujours insatisfait. L’illustration de cette croyance, car finalement, c’en est une, c’est de penser que REACH [1] va permettre de résoudre la compréhension des toxicités. C’est oublier, plus que méconnaître, les infinies possibiltés de combinaisons de produits qui auront pu éventuellement être considérés comme peu toxiques, et donc conservés dans le panel chimique industriel. Mais c’est aussi méconnaître, car cette évaluation est problématique, les effets des faibles doses, mais aussi les effets cumulatifs sur la durée.
  • la traditionnelle, que l’on retrouve en médecine chinoise, ayurvédique, tibétaine, chamanique, etc. Il s’agit d’une démarche écologique. Tous les phénomènes sont toujours abordés d’une façon globale. On se sert au début de protocoles rustiques, mais toujours opératifs. Les affinements qui seront proposés au fil de l’histoire ne remettra pas en cause les théories antérieures, mais viendront les compléter, apporter des subtilités, mais jamais ne remettront en cause l’édifice générale de la compréhension des phénomènes. Par exemple, en médecine chinoise, la théorie du Yin et du Yang, vieille de 5000 ans, propose une vision duelle des phénomènes qui reste encore parfaitement opérante, tant dans le domaine médical, que dans celui de la physique, de la psychologie, etc. La théorie des 5 éléments, survenue plus tard, est venue compléter et affiner le propos sans jamais le démentir. Cette façon de procéder permet de comprendre toute situation, même totalement inédite. Dès les premières constations à propos du SIDA, la médecine chinoise, mais d’autres également ont été en mesure de donner une analyse des faits parfaitement cohérente. Comme les traitements n’avaient jamais existé, il a fallu quelques temps pour les produire, mais certains, quand ils ont pu le faire, ont trouvé des solutions efficaces [2].

On aura compris que l’allopathie n’est pas un procédé thérapeutique contestable, mais qu’une évolution récente de la pensée occidentale et scientifique en particulier a entrainé la pensée médicale vers une dérive qui l’a conduit vers une impasse. Cette évolution s’est faite en deux temps. Le positivisme de la fin du 19e siècle et l’avènement du règne de l’industrie chimique dans la deuxième moitié du 20e siècle.

Donc favorables au pluralisme thérapeutique, nous ne pouvons rien avoir contre l’allopathie, mais écologistes, nous ne pouvons qu’être en désaccord avec la médecine chimique qui ne peut pas être cautionnée par une démarche écologique. C’est dans cette optique que nous souhaitons développer de terme d’écomédecine, dont la définition pourrait être celle-ci :

Une écomédecine serait une pratique de soin capable de prendre en compte l’ensemble du système traité, statique, organique, émotionnel, et en agissant de la façon la plus subtile possible. Les remèdes ne devront pas entraîner de perturbations importantes et seront obligatoirement adaptés à chaque patient. Aucune pratique ne peut être considérée comme écomédecine dès lors qu’elle use de protocoles systématiques. Il serait bien sûr préférable que les thérapeute soient capables d’agir sur l’ensemble des systèmes et de ce point de vue, un thérapeute généraliste serait supérieur au spécialiste. Sinon, le travail en équipes pluridisciplinaires écomédicales pourrait constituer un alternative acceptable.

Boutons pour partager l'information

[1Le processus d’évaluation des substances chimiques

[2Voir les travaux d’Yvette Parès et de la médecine sénégalaise à l’hôpital traditionnel de Keur Massar

Répondre à cet article


En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Holodent, le site d’Estelle Vereeck
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Le comité directeur
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Ne donnez pas au Téléthon !
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Si ! Ça se peut », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...
 Nouvelles stratégies de l’OMS pour les médecines traditionnelles 2014-2023
 Parution de la réédition de « Pour une médecine écologique »
 Bande annonce du livre
 Prochain évènements Automne 2016

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  







Rejoignez le réseau ACECOMED
retour au sommaire