ACCUEIL >>Le comité directeur
Sur le Web
Le comité directeur

vendredi 11 juillet 2008 , par Christian Portal


 Roselyne Morel

Née le 24/10/1951 à Chambéry.

Diplôme de médecine générale en juin 1978, Faculté de Xavier Bichat, Paris, suivi par le diplôme d’homéopathie de l’INH et le diplôme d’acupuncture et de réflexothérapie de l’AMENAB.

Interpellée dès ma première année d’installation en 1979 par des patients condamnés par la médecine officielle, je vais explorer toutes les voies non conventionnelles pour les aider à trouver des solutions de VIE (phyto et aromathérapie, nutrithérapie, micro immunothérapie, radionique médicale, thèses des chercheurs oubliés ou reniés...).

Etre médecin, c’est aider chacun à trouver de façon totalement autonome SA VOIE de guérison, qui ne peut être que dans le respect de ses choix, de ses croyances, de sa vie, et de son environnement.

Être mère en même temps, c’est œuvrer pour offrir à mes enfants une vie digne et respectueuse autant d’eux-mêmes que des autres et de la terre qui leur offre refuge.

C’est aussi informer des conséquences personnelles et collectives des solutions médicales qui nous sont proposées actuellement, et de la discrimination portée envers les thérapies non conventionnelles créatives indispensables à notre avancée.

Ces choix d’accompagnement, et mon intérêt avéré pour les thèses du Dr Hamer m’ont mises sous le collimateur du Conseil de l’Ordre, dont j’ai démissionné en 2005 pour me consacrer plus librement à la défense de la liberté de choix thérapeutique pour tout citoyen, notamment au sein de CAP-LC (www.coordiap.com), tout en poursuivant un travail d’accompagnement thérapeutique en tant que non médecin.

C’est dans cet esprit que l’évidence s’est faite de participer à l’action de ACECOMED.


 Christian Portal

Je suis né le 2 juillet 1954, à Suresnes (92).

Mon cursus professionnel ne devait pas m’amener dans cette direction. En effet, je suis d’abord professeur d’éducation physique et sportive, métier que j’exerce toujours au lycée Louis Bascan à Rambouillet (F-78120).

Je me suis ensuite intéressé à l’écologie et en particulier dans une démarche d’autonomie. L’objectif étant d’assumer une compétence dans tous les domaines, alimentation (agriculture et cuisine), construction et aménagement des bâtiments et santé. Dans cette dernière partie, il m’a fallu creuser et chercher des moyens de me soigner.

En découvrant la médecine chinoise en 1984, je répondais à cette exigence. Pourtant, je découvris qu’il était plus aisé de soigner les autres que de se soigner soi-même ou de soigner sa famille. J’ai pourtant poursuivi des études de médecine traditionnelle chinoise de 1984 à 1994 avec le professeur Leung KokYuen et l’Université Européenne de Médecine Chinoise.

Souhaitant réunir les patients dans un grand mouvement de prise de conscience pour prendre sa santé en main, j’ai fait plusieurs tentatives pour créer cette dynamique pour une écologie de la santé.

Pensant trouver chez les Verts cette opportunité, j’ai rapidement été obligé de déchanter. En effet, ceux- ci confondent environnement et écologie, c’est à dire l’homme au milieu d’un espace qu’il faut domestiquer mais ménager avec cette idée complexe que l’homme est un élément de cette nature et qu’il doit composer avec elle s’il ne veut pas s’en exclure. Dans les discours des Verts, cela n’apparaît pas aussi clairement, mais dans la commission santé qui élabore le programme dans son domaine de compétence, une impasse est faite sur les solutions alternatives à la médecine chimique.

C’est à la suite de cette impasse que j’ai décidé d’organiser le colloque « Pour une médecine écologique ». Celui-ci s’est fait contre l’avis officiel des Verts, même s’il a été soutenu par quelques militants convaincus et courageux. Il faut citer Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement de Paris et Annie Lamher son chef de cabinet qui ont apporté une aide précieuse à ce projet.

Actuellement, le collectif ACECOMED répond pleinement a cette démarche pour réunir toutes les énergies qui veulent promouvoir une autre façon de comprendre la santé.


 Michel Van Wassenhoven

Dr Michel Van Wassenhoven est né à Bruxelles le 15 février 1948.

Diplômé en Médecine en Juin 1972, il s’intéresse très vite à l’homéopathie afin de soigner ses patients de manière plus douce, plus rapide et plus efficacement.

La défense de l’homéopathie pour ses patients devient très vite un centre de préoccupation qui l’amènera à fonder une Union Professionnelle pour la défense de l’homéopathie, à s’engager aussi au niveau Européen comme membre fondateur d’un Comité Européen de défense de l’homéopathie (ECH). Il y est aujourd’hui coordinateur du groupe recherche scientifique. Il représente, au sein de cette action, tous les médecins, vétérinaires, dentistes et pharmaciens Européens intéressés par l’homéopathie.

Ses engagements institutionnels l’ont amené à présider la commission d’enregistrement des médicaments homéopathiques en Belgique et à représenter la Belgique pendant le programme Européen COST B4 sur les médecines complémentaires.

Mais les problèmes de l’environnement qui peut nuire à la santé vont l’amener à s’engager aussi dans le mouvement écologiste Belge, principalement par l’intermédiaire de la commission Santé. Il sera ainsi co-auteur de la loi Belge sur les droits des patients et sur la reconnaissance des médecines alternatives en Belgique. Il sera aussi élu suppléant ECOLO au parlement européen pendant une législature.

Les liens entre l’homéopathie et l’écologie sont évidents. Restaurer l’homéostasie du corps et de l’esprit est le but recherché par la démarche homéopathique. Pour ce faire en homéopathie on utilise des médicaments dilués et donc non-polluants pour l’environnement. Ce sont d’ailleurs les seuls médicaments autorisés pour l’élevage biologique puisqu’ils ne laissent pas de résidus dans les aliments. Un médicament homéopathique est un médicament qui vise à induire une réaction des systèmes de défense du patient. Par ces traitements, les patients retrouvent un équilibre de santé global et naturel. Utilisée de manière intelligente par des mains expertes, elle permet des économies en santé publique notamment par la diminution d’autres thérapies « toxiques » comme les antibiotiques, les anti-inflammatoires et les calmants. Elle permet ainsi de diminuer la surcharge environnementale en produits résiduels du métabolisme humain ou animal de ces médicaments.

L’action ACECOMED exige le respect de la liberté de choix de traitements aussi bien pour les patients que pour les thérapeutes. Elle demande la reconnaissance de toutes les approches écologiques en médecine, y compris l’homéopathie.

Boutons pour partager l'information

Répondre à cet article

1 Message

  • Le comité directeur

    28 mars 2009 16:27, par Pierre CARLON

    L’Homéopathie, OUI , mais un seul remède en tout et pour tout, puisque « Selon la logique du bios, l’organisme ne peut régulièrement répondre qu’à un seul remède » "La CARTE doit être exactement ciblée (Dr SENN).

    Attention au traitement très particulier.

    repondre message


Mots-clés de l'article
En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Les impasses d’une médecine chimique
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Holodent, le site d’Estelle Vereeck
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Ne donnez pas au Téléthon !
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Abus », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...
 Nouvelles stratégies de l’OMS pour les médecines traditionnelles 2014-2023
 Parution de la réédition de « Pour une médecine écologique »
 Bande annonce du livre
 Prochain évènements Automne 2016

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  







Rejoignez le réseau ACECOMED
retour au sommaire