ACCUEIL >>Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
Sur le Web
Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés

jeudi 12 juillet 2007 , par Christian Portal

Voir en ligne : Journal de l’Environnement

Alors qu’un vaste programme européen coordonné par l’Ecole des mines d’Alès vient d’être lancé sur le sujet, les responsables du traitement de l’eau et les fabricants de médicaments se préoccupent du devenir des médicaments rejetés dans l’environnement.

Article d’Agnès Ginestet dans le Journal de l’environnement

Son nom : Knappe (1). Son objectif : réunir le maximum de connaissances sur le traitement et le comportement des résidus médicamenteux dans les eaux environnementales, qui sont encore mal éliminés malgré les traitements d’assainissement et de potabilisation. Coordonné par une équipe de l’Ecole des mines d’Alès, ce projet européen auquel participent également des chercheurs britanniques, allemands et polonais a été lancé le 1er février et doit durer 18 mois. Il est financé par la Commission européenne à hauteur de 600.000 euros et soutenu par la Fédération européenne de l’industrie pharmaceutique (acronyme anglais : Eppia).

On peut trouver des substances médicamenteuses en sortie d’usine de traitement des eaux usées et dans les rivières à des concentrations très faibles, soit près de 100 fois moins élevées que celles des pesticides. Or, selon Benoît Roig, coordinateur de Knappe, « il existe des études sur la détection, l’évaluation des risques, les traitements, mais aucune sur l’ensemble de la chaîne de vie du médicament. Le défi consiste à trouver une solution commune entre ceux qui fabriquent les médicaments, ceux qui les consomment et ceux qui traitent l’eau ».

Sanofi-Aventis met au point des médicaments et des vaccins. Avant toute mise sur le marché, la concentration potentielle dans l’environnement, le devenir de la molécule et l’impact sur la faune et la flore sont évalués. « Cette procédure est moins avancé pour les médicaments plus anciens commercialisés depuis longtemps », note toutefois Marie-Claire Daveu, directrice développement durable chez Sanofi-Aventis. Un comité d’expertise interne a lancé l’évaluation, à partir de son propre protocole, de l’impact de 23 médicaments majeurs commercialisés par le groupe : 17 ne présentent pas de risque environnemental, et les données disponibles à ce jour ne permettent pas encore de statuer sur les 6 autres. « Notre volonté est de faire le maximum pour l’environnement, et si les résultats à venir le rendaient nécessaire, nous adapterions notre process de fabrication », précise Marie-Claire Daveu.

Pour un opérateur de gestion déléguée des services d’eau et d’assainissement, la difficulté majeure réside dans l’analyse des produits pharmaceutiques dans l’eau. « Il y en a beaucoup et ils ne sont pas forcément faciles à détecter et à quantifier », explique Anne Gresle, chef de service recherche et développement chez Saur, qui travaille sur le sujet en interne et avec des laboratoires extérieurs. Les responsables du traitement de l’eau ont en effet besoin de connaître au mieux le devenir d’une molécule dans les procédés de traitement. Mais la confidentialité des données de l’industrie pharmaceutique, notamment sur la métabolisation par le corps humain et la biodégradabilité, ne facilite pas la tâche.

Concernant l’eau potable, les acteurs de ce domaine se veulent rassurants. « Il faudrait boire des litres d’eau chaque jour pour constater des effets immédiats sur la santé, mais on ne connaît pas aujourd’hui les effets à long terme pouvant entraîner, comme avec les antibiotiques, des phénomènes de résistance bactérienne », note cependant Benoît Roig.

Pour Anne Gresle, ce qui suscite des interrogations, c’est la qualité de l’eau potable issue du recyclage des eaux usées. Cette méthode n’est pas autorisée en France, mais elle est employée par exemple à Singapour et en Namibie. Un article scientifique montre ainsi que de faibles concentrations d’antibiotiques passent à travers des dispositifs de traitement des eaux usées utilisant la microfiltration et l’osmose inverse (2).

(1) Knowledge and Need Assessment on Pharmaceutical Products in Environmental waters

(2) « Removal of antibiotics in conventional and advanced wastewater treatment : Implications for environmental discharge and wastewater recycling », A.J. Watkinson et al., Water research, article sous presse

Boutons pour partager l'information

Répondre à cet article


Mots-clés de l'article
En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Les impasses d’une médecine chimique
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Holodent, le site d’Estelle Vereeck
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Le comité directeur
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Ne donnez pas au Téléthon !
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Abus », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...
 Nouvelles stratégies de l’OMS pour les médecines traditionnelles 2014-2023
 Parution de la réédition de « Pour une médecine écologique »
 Bande annonce du livre
 Prochain évènements Automne 2016

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  







Rejoignez le réseau ACECOMED
retour au sommaire