ACCUEIL >>Intoxication médicamenteuse
Sur le Web
Intoxication médicamenteuse
Les Etats Unis ont un vrai suivi !

jeudi 12 juillet 2007 , par Roselyne Morel


Cet article traduit par Roselyne Morel est produit par le CDC (Centers for Disease Control), organisme gouvernemental américain.

Pour lire l’article dans sa version originale, cliquez sur le lien.

MORTS PAR EMPOISONNEMENT NON INTENTIONNEL AUX USA ENTRE 1999 ET 2004

En 2004, l’intoxication médicamenteuse vient directement derrière les accidents de voiture pour les causes de mort intentionnelles aux USA. (1). Quasiment toutes les morts par empoisonnement -intoxication sont dues à des médicaments, et la plupart de ces intoxications sont le résultat de prescriptions abusives ou de l’utilisation de drogues illégales. (2). Les rapports précédents avaient déjà fait part d’une augmentation significative de la mortalité par intoxication médicamenteuse involontaire dans les années 80 et 90. (2,3).

Pour analyser plus précisément cette tendance, le CDC a analysé les données les plus actuelles en provenance du National Vital Statistic System. Ce compte-rendu résume les résultats de cette analyse, qui montre que la mortalité par intoxication médicamenteuse aux USA a augmenté chaque année entre 1999 et 2004, atteignant 62,5% la dernière des 5 années de cette période. L’augmentation la plus importante est chez les femmes (103%), les personnes de race blanche (75,8%), les personnes qui résident dans le Sud des USA (113%), et les personnes entre 15 et 24 ans (113,3%).

Les taux les plus augmentés se trouvent dans les états ayant des populations majoritairement rurales. Les taux de mort par intoxication médicamenteuse ont augmenté de 68,3%, tandis que les taux d’empoisonnement par d’autres substances de 1,3%. Les hausses les plus importantes concernent la catégorie « autres et non spécifiés », c’est-à-dire la catégorie qui regroupe les narcotiques et les drogues à visée psychothérapeutique. Les résultats suggèrent qu’une réglementation plus drastique, éducative, et des cadres thérapeutiques plus rigoureux sont nécessaires pour avoir un impact sur cette augmentation des overdoses létales de médicaments.

Les données de mortalité pour 2004 ont été récoltées par le National Vital Statistics System (1). Les morts par intoxications non intentionnelles survenues pendant la période 1999-2004 ont été définies sous les termes de « causes de mort sous-jacentes » codes X40 - X49 de la Classification Internationale des Maladies, la Dixième Révision (ICD-10). Cette catégorie regroupe les overdoses de produits illicites, les drogues autorisées prises pour des raisons hors cadre médical, les intoxications avec des drogues légales prises par erreur ou par erreur de dosage, ainsi que des intoxications par d’autres substances (alcool, pesticides, monoxyde de carbone..). Les effets secondaires des médicaments ou drogues légales, pris aux doses normales et selon prescription sont colligés dans un autre document (ICD-10) et ne sont pas incluses dans cette étude.

Le nombre des morts par intoxications non intentionnelles est passé de 12 186 en 1999 à 20 950 en 2004. le taux annuel corrigé a augmenté de 62,5%, soit de 4,4 pour 100 000 habitants en 1999 à 7,1 pur 100 000 en 2004. L’augmentation chez les femmes, passée de 2,3 à 4,7 pour 100 000 habitants (103%), est deux fois plus élevée que chez les hommes, qui est passée de 6,5 à 9,5 pour 100 000 habitants (47,1%) (Table 1).

Les taux chez les hommes de race blanche, les indiens originaires d’Amérique ou d’Alaska, les asiatiques ou originaires des îles du pacifique ont tous augmenté approximativement de 50%. Les taux pour les hommes de race noire étaient les plus élevés en 1999 mais n’ont pas augmenté.

Les taux ont plus que doublé chez les femmes blanches, alors qu’ils restent stables voire diminuent chez les femmes qui ne sont pas de race blanche.

Et surtout, les taux croissent de 75,8% chez les blanches, 55,8% chez les femmes d’origine indiennes d’Amérique ou d’Alaska, de 27,4% chez les asiatiques et les habitantes des îles Pacifiques, et de 11,2% chez les noires.

Les taux croissent beaucoup plus chez les non hispaniques que chez les hispaniques, et ce dans les deux sexes.
Tous taux confondus (sexe, race et groupe ethnique), l’augmentation la plus importante (136,5%) se trouve chez les femmes blanches non hispaniques.

Si l’on s’en tient à l’âge, c’est parmi la population des 15-24 ans (113%) que le taux grimpe le plus fortement.

Pour 2004, les taux les plus importants se sont retrouvés dans la tranche des 35-54 ans, qui comptabilisait 59,6% de l’ensemble des morts par intoxication médicamenteuse cette année.

De 1999 à 2004, les taux augmentèrent de moins d’1/3 au Nord Est et à l’Ouest, mais ont plus que doublé au Sud, quasiment doublé dans le MidOuest. Les taux ont diminué dans le Delaware, le Maryland, New-York et Rhode Island, mais c’est la Californie qui présente la plus petite augmentation (4%).(Figure)

Les augmentations relatives les plus importantes sont la Virginie Ouest (550%), l’Oklahoma (226%), le Maine (210%), le Montana (195%). 23 états voient une augmentation de 100% ou plus de ces taux : 2 sur 17 (11,8%) couvrent des milieux urbains, 41,2% sont en secteur moyen, 82,4% (14 sur 17) couvrent un secteur surtout rural...

Les taux de mortalité par empoisonnement les plus notables se trouvent particulièrement pour des morts reconnues par intoxication non intentionnelle (X40-X44), et leur augmentation est de 68,3% (Table 2). Les taux pour les autres types d’intoxications médicamenteuses (X45-X49) ne montent que de 1,3%.

En 2004, les intoxications médicamenteuses sont responsables de 19 838 décès, soit 94,7% de l’ensemble des morts par intoxication non intentionnelle.

Parmi ces dernières, l’augmentation la plus importante reste réservée aux drogues « autres et non spécifiques », c’est-à-dire les traitements psychiatriques, et aux drogues de la catégorie « narcotiques et hallucinogènes ».

Reported by : L Paulozzi, MD, Div of Unintentional Injury Prevention ; J Annest, PhD, Office of Statistics and Programming, National Center for Injury Prevention and Control, CDC.

Boutons pour partager l'information

Répondre à cet article


Mots-clés de l'article
En bref...
Du même auteur

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  







Rejoignez le réseau ACECOMED
retour au sommaire