ACCUEIL >>Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
Sur le Web
Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or

mercredi 4 février 2009 , par Christian Portal


Depuis toujours, les poursuites à l’égard des médecins hétérodoxes ont eu lieu. Pourtant, la tension semble s’être renforcée dernièrement avec les affaires les plus connues. Elles concernent les Docteurs Gardénal, Schroeder ou Groussac.

Ces médecins n’ont porté tort à personne et même, leurs résultats sont excellents. Ils sont appréciés de leurs patients qui se sont organisés en comités de soutien.

Le Conseil National de l’Ordre des Médecins reste arcbouté sur les fameuses « données acquises de la science ». On devrait d’ailleurs écrire « Science » avec une majuscule, méthode qui permettrait de comprendre qu’il n’existe qu’une science. Or cette science dont parlent les académies est une science souvent obsolète et réductionniste.

Les données réellement les plus modernes que l’on trouve dans les recherches les plus avancées en physique quantique notamment, montrent que la matière telle nous la concevons est, pour une large part, une illusion. Cette matière évolue entre des états vibratoires, lumineux ou corpusculaires. Si les effets tangibles d’un coup de marteau sur un doigt ou d’une substance chimique sur un corps sont difficilement contestables, les effets d’un remède homéopathique ou d’une aiguille d’acuponcture sont plus difficiles à comprendre.

Ainsi, on peut faire comme lors de l’émission de France 3 de lundi 2 février 2009 « se soigner autrement » et contester tout se qui semble étonnant parce qu’on n’a pas la curiosité de comprendre ce qui se passe. Dans le cas, par exemple du magnétisme, ceux qui ont vécu cette expérience, d’un côté ou de l’autre, ne peuvent que constater des phénomènes qui échappent à leur entendement. On ne peut pas toujours se réfugier derrière les effets placébo ou l’illusion collective qui viendrait minimiser les effets ressentis.

Autre phénomène vécu lors de cette émission : l’affirmation que seuls les médecins ont la capacité à soigner, et seuls, à quelques rares exceptions, guérisseurs, ostéopathes, et dans des conditions très limitées, ils peuvent garantir efficacité et sécurité. A la limite, on pourrait accepter que les médecins soient des charlatans, pourvu qu’ils soient médecins.

Cela traduit, outre la volonté de main-mise sur tout le domaine du soin, la certitude que seule la médecine occidentale a le moyen de comprendre les désordres de santé. Alors que penser des médecines chinoises, ayurvédiques, tibétaines. Rien ! Surtout si on ne connait rien sur ces sujets. Mais comme on est médecin, et que les médecins savent tout sur la santé, alors ils savent tout ce qui touche au domaine médical ! on voit bien à travers ce sophisme toute la vanité du monde médical.

Pourtant en marge de cette position, qui s’apparente à celle des vieillards du Kremlin qui ne voyaient rien venir ou celle des nobles faisant la fête en 1789 devant la famine du peuple, on trouve une position surprenante et très courageuse de la commission d’éthique du Conseil de l’Ordre du département de la Côte d’Or. En effet, cette commission a écrit un texte remarquable d’ouverture et d’humanisme médical qui fait tâche dans cette ambiance très restrictive.

Le texte est paru sur le site de l’association Action, Santé, Libertés. Il commence par reconnaître : « que des médecines différentes reçoivent de plus en plus d’échos favorables dans l’opinion et que l’institution ordinale se trouve dans une position inconfortable, entre le respect du libre choix des patients et la mission de repérer les frontières de l’ésotérisme », ce qui justifie de rouvrir « ce débat souvent passionnel pour mieux tracer les devoirs et les limites de chacun sous l’éclairage de la déontologie qui s’impose à tous ».

Les auteurs sont bien sûr conscients qu’il faut garantir les patients contre les pratiques dangereuses. Il serait d’ailleurs bon que l’ensemble du corps médical en prenne conscience en n’imposant pas des traitements, comme par exemple des vaccins compromis dans une série de scandales sanitaires (contaminations au Nigeria, épidémie d’autisme, maladies neurodégénératives après la vaccination contre l’hépatite B, etc. Néanmoins, ils ouvrent la possibilité pour le praticien de s’appuyer sur ses connaissances et ses convictions.

Suit ensuite un passage qui justifie la référence des médecins à la médecine conventionnelle, source de leur formation et de leur culture. Ce point est essentiel car il rejoint une des thèses de ce livre : le lien entre la culture et la médecine. Mais pour autant, ils indiquent, et c’est la valeur de l’expérience que j’évoquais précédemment, que les médecins sont confrontés à « des malades nous ayant rapporté les succès de confrères pratiquant une médecine étrangère à nos pré-requis ».

On découvre une véritable ouverture devant la position éthique qui «  consiste, soit à accéder à un savoir suffisant des préceptes régissant l’autre médecine, soit à adopter une politique tolérante vis à vis des principes que nous ne connaissons pas. Dans les deux cas, il convient de ne pas déstabiliser le patient qui a ses propres repères et qui doit en tirer profit ». Le texte rappelle également à ne pas confondre la foi dans ses convictions et le sectarisme et que, «  l’entêtement, l’acharnement ne servent pas l’intérêt du malade ».

Les patients ne sont pas la propriété des médecins. Le bureau départemental reconnait, d’une part, que personne n’a le monopole de l’honnêteté et, d’autre part, qu’il est bien difficile de discerner « les marchands d’illusion, les thaumaturges, les charlatans ».

Les patients qui se soignaient de façon différente ont souvent dû se taire ou affronter la réprobation de leur médecin. Cette situation, dans les deux cas, leur est d’abord préjudiciable. C’est pourquoi, il est intéressant de noter que « son adhésion [du malade] à une démarche thérapeutique, quelle qu’elle soit, ne doit pas le disqualifier ». Les auteurs citent cette phrase de l’avocat de Maurice Mességué, lors de l’un de ses nombreux procès : «  On reproche aux guérisseurs de ne pas être médecins, moi je reproche aux médecins de ne pas être guérisseurs ! ».

Je livre la conclusion intacte car elle montre une réelle rupture. Face aux apparatchiks, une masse de médecins se débattent avec des difficultés suffisantes à l’égard de la maladie, des malades et de leurs famille, pour ne pas y ajouter des luttes stériles avec les autres thérapeutes, personnes qui partagent leur idéal, et ceci au profit des patients. «  En conclusion, évitons le terme de médecine alternative. Cette épithète suggère une exclusivité tout à fait contraire à l’éthique comme au bon sens. La tolérance de l’autre a l’avantage de l’envisager sous l’angle d’une complémentarité qui, loin de consacrer une rupture entre praticiens, loin d’imposer au malade une dissimulation de ses démarches alternes, permet de préserver un contact utile et profitable à tous » [1].

Ce texte est tout simplement extraordinaire dans le contexte actuel. Je ne peux que souscrire à ces propos en ajoutant que le terme de médecine alternative est effectivement inapproprié, comme le dit le texte, mais que médecine complémentaire ne convient pas mieux, encore que dans le contexte, on ne retrouve aucunement la condescendance habituellement attachée à ce terme. Cependant, il est trop connoté pour être employé. Le terme « médecines non conventionnelles » qui est reconnu par l’Europe, est pour l’instant celui qui convient le mieux, car il suggère une autonomie et non un état de sujétion comme c’est au mieux le cas actuellement.

Pour revenir au début du propos, on voit que le terme complémentaire a surtout pour fonction de limiter les actions des intervenants de la santé qui ne sont pas médecins. Cette limitation serait intéressante et même légitime si la médecine conventionnelle était réellement efficace et économiquement satisfaisante, ou si on avait pu faire la preuve que les médecines non conventionnelles avaient régulièrement posé des problèmes de sécurité. Cette limitation n’a pas d’autre fonction que de couper les ailes des thérapeutes en médecines non conventionnelles afin de confirmer leur manque d’efficacité. Il s’agit bien d’un enjeu de pouvoir.

Boutons pour partager l'information

[1Texte de la commission d’éthique, paru dans le bulletin de l’ordre départemental de Côte d’Or en janvier 2007, page 3, sous le titre : « À médecines multiples, devoir médical unique ». http://www.medecinsdebourgogne.org/...

Répondre à cet article


Mots-clés de l'article
En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Les impasses d’une médecine chimique
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Holodent, le site d’Estelle Vereeck
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Le comité directeur
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Ne donnez pas au Téléthon !
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Si ! Ça se peut », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...
 Nouvelles stratégies de l’OMS pour les médecines traditionnelles 2014-2023
 Parution de la réédition de « Pour une médecine écologique »
 Bande annonce du livre
 Prochain évènements Automne 2016

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  







Rejoignez le réseau ACECOMED
retour au sommaire